Simple Info 33

Etats-Unis : l’injection létale, une mise à mort à l’agonie

Les souffrances subies par les condamnés lors de récentes exécutions ont relancé le débat sur le manque d’humanité, non pas de la peine de mort, mais de l’injection létale. Une méthode de plus en plus décriée outre-Atlantique.

Le recours aux injections létales lors des exécutions de condamnés à mort a créé la polémique aux Etats-Unis ces derniers mois.
Le recours aux injections létales lors des exécutions de condamnés à mort a créé la polémique aux Etats-Unis ces derniers mois. (AP / SIPA)

Bonsoir,

On va quand même réessayer ! Non mais des fois, pour qui se prend-il celui là  ?

Et après ça, vous me direz que ce pays des USA est le CHAMPION  des Pays dits civilisés !

Vous me direz que l’on ne fait pas mieux, dans le monde, en découpant les bébés, en morceaux, dans le ventre de leur maman pour leur ôter la Vie ! Et après ça l’on voudrait vivre une vie normale ! Comme si notre planète continué à tourner imperturbablement sans ce soucier de ce qui se passe dessus. Des monstres nous sommes, des montres nous resterons tant que nous nierons que le Créateur de l’Univers visible et invisible, nous a donné 10 Commandements, pour que nous les respections DANS LEUR INTÉGRITÉ.

Que DIEU qui est Père, Fils et SAINT-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !

Gloire à la SAINTE TRINITE !

Merci!

JFL

8888888

Peine capitale Etats-Unis: un prisonnier sera exécuté… pour la deuxième fois © AP Photo/ Sue Ogrocki Société 15:33 13.12.2016(mis à jour 16:52 13.12.2016) URL courte 9535016 Sorti vivant de sa première exécution, un condamné à mort devra subir la peine capitale une nouvelle fois. La Cour suprême des Etats-Unis a refusé d’entendre l’appel d’un condamné à mort qui avait survécu à une exécution ratée, le prisonnier étant désormais menacé d’une seconde exécution, annonce la BBC. L’affaire remonte au 15 septembre 2009. Ce jour-là, Romell Broom, reconnu coupable d’avoir violé et tué une adolescente en 1984, doit être exécuté. Sauf que rien ne se passe comme prévu. Les agents pénitentiaires tentent de lui poser un cathéter veineux pour lui injecter des substances mortelles, mais en vain. Pendant deux heures, le prisonnier est piqué à de multiples reprises, aux bras et aux jambes. Aucune de ses veines n’apparaît cependant suffisamment visible ou solide pour supporter la perfusion. Le condamné se plaint alors des douleurs et l’exécution est finalement suspendue. En ce mois de septembre 2009, Romell Broom sort donc vivant de la chambre de la mort de sa prison de Lucasville, dans l’Etat de l’Ohio, devenant ainsi le premier condamné à la peine capitale à avoir survécu à l’exécution. Les avocats de Broom ont appelé à exonérer le criminel d’une seconde d’exécution. « M. Broom ne pouvait espérer qu’il sortirait vivant de la chambre de la mort. Pendant deux heures, l’Etat de l’Ohio a essayé de l’exécuter. Du fait que Broom avait largement dépassé le point où il s’attendait à mourir de façon imminente, et qu’il a subi d’intenses douleurs et souffrances, une seconde tentative de l’exécuter est infondée », ont fait valoir les avocats. Toutefois, la Cour a décidé de répéter l’exécution, arguant que Broom n’a pas été puni — la substance mortelle n’ayant pas été injectée dans ses veines et n’ayant pas pu produire son effet.En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/societe/201612131029153754-usa-condamne-mort/

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s