…Faite…

 

Résultat de recherche d'images pour "ILLUSTRATION de la croix de jérusalem"

Bonjour,

…Faite…

Avec les sens dents, les lépreux, le bouseux, dont je suis, prions…! :

Notre Père qui est aux cieux…

Pater noster qui es in caelis…

Our Father, who art in heaven…

Avec moi, priez: Notre Père qui est aux cieux…

Que DIEU qui est Père, Fils et SAINT-ESPRIT, vous bénisse et vous garde dans Sa Paix et Sa Joie !

Gloire à la SAINTE TRINITE !

Merci !

JFL

8888888

Monseigneur Jean-Pierre CATTENOZ :

« Je n’ai jamais rencontré de L, de G, de B, de T, et paraît-il, maintenant de Q ; je ne connais et ne vois que des personnes humaines »

CtSermon de Monseigneur Jean-Pierre CATTENOZ, Evêque d’Avignon, à l’occasion du festival d’Avignon sur fond de théorie du genre :

« Aujourd’hui, le Seigneur [Notre Seigneur JESUS-CHRIST] nous envoie en mission. Le programme est simple : ne rien prendre pour la route, sinon un Évangile à la main et dans le cœur la présence rayonnante du Ressuscité. Deux impératifs doivent nous guider, ils furent prononcés par Jésus lui-même au commencement de sa mission : “Convertissez-vous et croyez à l’Évangile !”

Le festival d’Avignon bat son plein, un lieu merveilleux où l’humanité s’interroge librement à travers le théâtre sur ce qu’elle vit et ce qu’elle est, véritable brouillon de culture. Le festival est un lieu merveilleux pour répondre à l’appel de Jésus à évangéliser. [effectivement ce n’est pas dans les salons de thé qu’il faut porter la bonne nouvelle mais dans les lieux de débauche, comme le festival d’Avignon]
Cette année, devant le thème du festival, le genre, je lance un appel à la conversion et à la découverte du message de l’Évangile que la lettre de Paul nous a présenté de manière merveilleuse.
Je n’ai jamais rencontré de L, de G, de B, de T, et paraît-il, maintenant de Q ; je ne connais et ne vois que des personnes humaines avec toute la richesse de leur féminité et de leur masculinité inscrite dans leur chair et jusque dans leur être le plus profond. Je continue de m’émerveiller devant la complémentarité de l’homme et de la femme. Au nom même de celle-ci, je m’émerveille encore, devant l’amour qui jaillit entre eux et débouche sur le don de la vie. Le mariage pour tous peut bien exister, ce ne sera jamais qu’une amitié, aussi belle soit-elle. [ Il faut comprendre que dans le contexte actuel, où il est interdit d’employer le mot homosexualité, l’Evêque ne pouvait parler que d’amitié, qui en soit n’est pas condamnable si le sexe y est banni et fermement condamné. Voir le résultat de ce pêché mortel dans Sodome et Gomorrhe. Ainsi que les conséquences actuelles: VHI, SIDA.]

Comme le prophète Amos, je voudrais dénoncer une société aux comportements incohérents et qui n’a pas compris quel merveilleux projet de vie Dieu lui proposait.
Il n’y a rien de nouveau sous le soleil dans notre société ! Elle se vautre dans un pseudo bien-être matériel, usant des trois quarts des richesses de la planète, sans comprendre pourquoi les vagues migratoires des plus pauvres des pauvres se succèdent à nos portes. Que la mer méditerranée devienne un immense cimetière ne semble pas gêner grand monde !

Cependant, devant ses incohérences, notre société n’est pas à court d’idées : l’avortement, le suicide assisté, la PMA, la GPA, l’eugénisme, tout devient possible au nom d’un principe devenu premier depuis les années 68 : « il est interdit d’interdire, on a bien le droit, on a tous les droits, mon plaisir est mon droit. »

Depuis des années, le processus est bien rodé : changer le vocabulaire, dépénaliser la réalité et en faire un droit. Dans quelques années, nous aboutirons à un sommet : « Homodeus ! » où l’algorithme sera roi. Heureusement, comme autrefois, le colosse a des pieds d’argile !
Au risque de choquer, je voudrais simplement rappeler les paroles de Jean-Paul II : « L’avortement est le crime le plus abominable qui soit, car la victime n’a même pas la possibilité de crier sa souffrance » (EV 50). Je voudrais citer Mère Teresa : « l’avortement est une réalité abominable, car une mère tue son propre enfant ». Je vous avoue que j’ai pleuré en voyant conduire au Panthéon de la République le corps de celle qui a permis la légalisation de l’avortement. Je voudrais enfin citer le Pape François qui récemment a eu le courage de dire haut et fort ceci : « J’ai entendu dire que c’est la mode – ou du moins, c’est une habitude – de faire certains examens pendant les premiers mois de la grossesse, afin de voir si le bébé va mal, ou s’il y a un problème. Dans ce cas, la première proposition est :“On l’élimine ?” L’homicide des enfants. Et pour avoir une vie tranquille, on élimine un innocent. […] Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour entretenir la pureté de la race. [Il faut faire cesser le remboursement de l’échographie par la Sécurité Sociale et faire interdire sa pratique.]

Face à cette anthropologie enfermée dans une impasse, Paul nous présente le projet de Dieu le Père sur nous : devenir dans le Christ ses enfants bien-aimés, partager sa propre vie divine au souffle de l’Amour de l’Esprit Saint, et cela dès maintenant et pour toujours.
Jésus nous invite à témoigner de ce merveilleux projet divin au cœur de notre société d’aujourd’hui, aussi nous voulons au cœur du festival porter témoignage de Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Jean Vilar l’avait compris, lui qui a toujours demandé que le programme de la présence chrétienne au festival soit noté dans le programme lui-même.

Il y a quelques jours, je demandais à des personnes atteintes de handicaps : « Quelle est la dernière merveille de Dieu dont vous avez été témoins ? » Claire, une jeune femme polyhandicapée m’a dit : “moi je m’émerveille de savoir que je vis et que je vivrai pour toujours en Jésus !” Et Madona, une femme atteinte de trisomie 21, a ajouté avec ses mots à elle : “Moi, quand je vois le prêtre qui lève l’hostie à la messe, je vois papa, maman, et tous les saints du ciel !” Quelle leçon d’humanité !
Oui, toi mon frère, même si tu n’acceptes pas ce témoignage de Claire et de Madona, même si tu ne partages pas ce merveilleux projet divin, tu restes mon frère et nous pourrons vivre ensemble une véritable fraternité, car c’est l’Amour seul qui compte.

AMEN

88888888

Chapitre 1 – Livre d’Ezechiel


La Bible

1 La trentième année, au quatrième mois, le cinquième jour du mois, comme j’étais parmi les captifs, près du fleuve Chobar, les cieux s’ouvrirent et je vis des visions de Dieu.
2 Le cinquième jour du mois, — c’était la cinquième année de la captivité du roi Joachin, —
3 la parole de Yahweh fut adressée à Ezéchiel, fils de Buzi, prêtre, dans le pays des Chaldéens, prés du fleuve Chobar, et là, la main de Yahweh fut sur lui.
4 Je vis, et voici qu’un vent de tempête venait du septentrion, et une grande nuée, et une masse de feu qui resplendissait alentour; et au milieu d’elle on voyait comme l’aspect d’un métal plongé dans le feu.
5 Et au milieu je vis la ressemblance de quatre êtres vivants, et voici quel était leur aspect: ils avaient une ressemblance humaine.
6 Chacun avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes.
7 Leurs pieds étaient des pieds droits, et la plante de leurs pieds était comme la plante du pied d’un veau; ils étincelaient comme l’aspect de l’airain poli.
8 Des mains d’hommes sortaient de dessous leurs ailes, sur leurs quatre côtés; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes.
9 Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre; ils ne tournaient point en marchant; chacun allait devant soi.
10 Et voici quelle était la ressemblance de leurs faces: une face d’homme par devant, une face de lion à droite à tous les quatre, une face de taureau à gauche à tous les quatre, et une face d’aigle à tous les quatre.
11 Et telles étaient leurs faces. Leurs ailes se déployaient au-dessus d’eux; chacun avait deux ailes qui rejoignaient celles de l’autre, et deux ailes qui couvraient son corps.
12 Chacun allait devant soi; là où l’Esprit les faisait aller, ils allaient; ils ne tournaient pas en allant.
13 L’aspect de ces êtres vivants ressemblait à des charbons ardents; c’était comme l’aspect des lampes; le feu circulait entre les êtres, le feu était éblouissant, et du feu sortaient des éclairs.
14 Et les êtres vivants couraient en tous sens, comme l’aspect de la foudre.
15 Et je regardai les êtres vivants, et voici une roue à terre auprès d’eux, devant leurs quatre faces.
16 L’aspect des roues et leur forme étaient ceux de la pierre de Tharsis, et toutes quatre étaient semblables; leur aspect et leur forme étaient comme si une roue était au milieu d’une autre roue.
17 En avançant, elles allaient sur leurs quatre côtés et ne se retournaient pas dans leur marche.
18 Leurs jantes étaient d’une hauteur effrayante, et les jantes des quatre roues étaient remplies d’yeux tout autour.
19 Quand les êtres allaient, les roues allaient aussi à côté d’eux, et quand les êtres s’élevaient de terre, les roues s’élevaient aussi.
20 Là où l’esprit les poussait à aller, ils y allaient, l’Esprit les y pous-sant, et les roues s’élevaient avec eux; car l’Esprit de l’être vivant était dans les roues.
21 Quand ils allaient, elles allaient; quand ils s’arrêtaient, elles s’arrêtaient; et quand ils s’élevaient de terre, les roues s’élevaient avec eux; car l’Esprit de l’être vivant était dans les roues.
22 Au-dessus des têtes des êtres vivants, était la ressemblance d’un firmament, pareil à un cristal éblouissant; il était étendu au-dessus de leurs têtes.
23 Et sous le firmament se dressaient leurs ailes, l’une vers l’autre, et chacun en avait deux qui lui couvraient le corps de chaque côté.
24 Et j’entendis le bruit de leurs ailes, quand ils allaient, comme le bruit des grandes eaux, comme la voix du Tout-Puissant, un bruit tumultueux comme celui d’un camp; quand ils s’arrêtaient, ils laissaient retomber leurs ailes.
25 Et il se faisait un bruit, partant du firmament étendu sur leurs têtes; quand ils s’arrêtaient, ils laissaient re-tomber leur ailes.
26 Au-dessus du firmament qui était sur leurs têtes, Il y avait comme l’aspect d’une pierre de saphir, en forme de trône; et sur cette ressemblance de trône, il semblait y avoir comme une figure d’homme au-dessus.
27 Au-dedans et alentour, je vis comme une forme de métal, comme un aspect de feu, depuis ce qui paraissait ses reins et au-dessus; et depuis ce qui paraissait ses reins et au-dessous, je vis comme l’aspect du feu, et il y avait de l’éclat tout autour de lui.
28 Comme l’aspect de l’arc qui est dans la nuée en un jour de pluie, tel était l’aspect de l’éclat tout autour de lui. Tel était l’aspect de la ressemblance de la gloire de Yahweh

 

Résultat de recherche d'images pour "illustration d'ézéchiel prophète"

Le « Notre Père » en breton

Hon Tad, hag a zo en Neñv,
hoc’h anv bezet santelaet,
ho rouantelezh deuet deomp,
ho polontez bezet graet war an douar evel en Neñv.

Roit deomp hiviz hor bara pemdeziek,
pardonit deomp hor pec’hedoù
evel ma pardonomp d’ar re o deus manket ouzhomp,
ha n’hon lezit ket da gouezhañ en temptatur
med hon diwallit diouzh an droug.
Evel-se bezet graet.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s